Le Slow Management, ou le passage du « toujours plus » au « toujours mieux »

Accueil > Magazine > Qualité de vie au travail > Le Slow Management, ou le passage du « toujours plus » au « toujours mieux »

Le Slow Management fait partie des courants managériaux « alternatifs » ayant comme point d’ancrage essentiel la considération de l’humain dans l’entreprise. En effet, l’humain est le véritable moteur des organisations. 

Loïck Roche (DG adjoint de GEM et enseignant-chercheur) décrit le concept de la manière suivante :  « Le slow management, c’est donner du temps aux personnes qu’on dirige et impliquer chaque individu à la performance de l’entreprise afin de redonner du sens à son travail ».

Le Slow Management repose néanmoins sur deux règles fondamentales :

  • Le « temps juste », c’est-à-dire une gestion du temps fondée sur l’économie de moyens
  • Le minimalisme, qui consiste à garder uniquement l’essentiel (EXIT : les réunions à rallonge et trop fréquentes quasi inutiles, les processus administratifs chronophages et autre procédures n’apportant aucune valeur ajoutée).

Concrètement, le concept peut se traduire par des actions simples : promouvoir et appliquer la transparence, impliquer davantage les collaborateurs aux prises de décisions importantes, développer la communication interne pour mettre en valeurs les réussites accomplies…

Pour se renseigner davantage sur le concept : Steiler, Sadowsky, Roche (2010). Eloge du bien-être au travail, le Slow Management. Grenoble, France, PUG.