Quel plan de prévention des RPS inclure au sein d’un accord QVT _

Quel plan de prévention des RPS inclure au sein d’un accord QVT ?

Blog Commentaires fermés sur Quel plan de prévention des RPS inclure au sein d’un accord QVT ?

Dans la lignée de notre étude de 15 accords QVT signés par des entreprises, nous avons souhaité regrouper ici les actions de prévention des risques psychosociaux présentes au sein des accords QVT des grandes entreprises françaises.
Voici les grandes actions des accords QVT et les mesures concrètes prises par les entreprises dans les accords étudiés.

 

I. Mesurer et piloter les risques psychosociaux

Une des premières actions de prévention des RPS que l’on retrouve dans les accords QVT est la mesure et/ou le pilotage de ces risques. Presque deux tiers des entreprises ont ainsi décidé de se doter d’outils permettant une meilleure évaluation/mesure des risques.

 

     1. Par des évaluations de la QVT des collaborateurs (dont les RPS)

Parmi les entreprises qui intègrent la prévention des RPS dans leurs accords QVT, on remarque que 40% d’entre elles se proposent d’évaluer le sentiment des salariés sur leur vie au travail, incluant partiellement la question des RPS. Ces évaluations portent différents noms : « enquête QVT » chez Saint Maclou, « diagnostic flash » chez Air France, ou encore « évaluation du stress » chez Thales.

Parfois couplés à un comité de suivi des QVT et RPS ou à une instance de veille des RPS, ces outils doivent permettre d’établir à un instant T une cartographie des problématiques auxquelles peuvent faire face vos collaborateurs.

 

     2. Par l’instauration d’un baromètre social

Chez Pôle Emploi, un baromètre social a été installé depuis 2012 et a pour ambition de « mieux cerner les perceptions de chacun sur les sujets relatifs au travail au sein de Pôle Emploi et à mettre en œuvre les actions afin d’améliorer cette perception ».

Contrairement aux évaluations ponctuelles, le baromètre social a pour vocation une mesure récurrente du climat social de l’organisation, afin d’en suivre l’évolution dans le temps.

 

     3. Par le renseignement du Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels

Une autre solution de mesure mise en place par un tiers des entreprises concernées par notre étude est la prise en compte des RPS dans le DUERP.

Depuis 2001, les organisations ont l’obligation de lister et hiérarchiser les risques pouvant nuire à la sécurité de tout salarié (décret n°2001-1016) au sein d’un document unique appelé DUERP (Document Unique d’Évaluation des Risques Professionnels).

Ainsi, Manpower précise « dans chaque unité de travail de l’entreprise, il est ainsi procédé au moins annuellement, notamment en lien avec la hiérarchie opérationnelle et son équipe, à l’actualisation de l’inventaire des risques existants ou potentiels, tant physiques que psychosociaux, et à leur retranscription dans le DUER ».

 

     4. Par la mesure des impacts humains d’un projet de changement

Saint-Maclou prévoit dans son plan de prévention des RPS qu’une « étude sur les impacts humains d’un projet de changement doit être menée permettant ainsi d’ajuster les choix d’organisation et le scénario de conduite du projet ».

Les études sur les impacts des changements pour les salariés sont encore peu présentes dans les plans de prévention des RPS (seulement 13%).

Dans le cadre d’une réorganisation, cette mesure permet notamment d’évaluer les implications sur les collaborateurs afin d’éviter tout risque pour leur santé.

 

RDV

 

II. Former les collaborateurs et leur fournir des supports de sensibilisation et de prévention

67% des accords QVT analysés dans notre étude comportent un volet sur la formation et la sensibilisation aux risques psychosociaux au sein de l’entreprise. Il s’agit de la mesure la plus présente au sein des accords RPS. Voici les actions concrètes mises en place par les entreprises pour répondre à cette problématique.

 

     1. Par la sensibilisation aux risques psychosociaux

A La Poste, chaque manager est obligatoirement formé à « la prévention de tous les risques professionnels, y compris psychosociaux » dès sa prise de poste.

Chez Safran aussi, des formations spécifiques sont dispensées aux managers, telles que « détecter et accompagner un salarié en difficulté ». A ces formations s’ajoutent des supports de communication adaptés tels que la plaquette INRS « RPS – 9 conseils pour agir au quotidien ».

Ces actions de sensibilisation et de prévention aux risques psychosociaux sont mentionnées dans de nombreux accords, de manière individuelle ou collective, et concernent notamment les managers.

 

     2. Par la mise en place de programme de prévention du harcèlement et des violences

Chez Air France, une charte de prévention des harcèlements au travail a été mise en place. Chez Pôle Emploi, c’est une formation de 2 jours sur le traitement des alertes de violence interne au travail qui est proposée aux acteurs des Ressources Humaines.

On constate que la prévention du harcèlement et des violences physiques et verbales est une des thématiques récurrentes dans les accords QVT étudiés. Un tiers des entreprises incluent ainsi des mesures de sensibilisation et de prévention au harcèlement moral et sexuel.

 

     3. Par la formation sur des thématiques spécifiques

En plus de prévenir les RPS dans leur globalité, certaines entreprises mettent en avant des formations sur des thématiques spécifiques dans leurs accords QVT.

Parmi les sujets traités, on trouve par exemple chez Air France la prévention du stress, des conduites suicidaires, des risques liés aux troubles psycho-traumatiques ou encore des risques liés à l’usage de substances psychoactives. De manière concrète, ces sensibilisations s’effectuent par e-learning et formations en présentiel auprès des managers et des salariés du groupe.

 

III. Accompagner et soutenir les individus

Le soutien et l’écoute des collaborateurs est une mesure essentielle des plans de prévention des RPS : Présente dans plus de la moitié des accords QVT, elle peut être assurée de différentes manières.

 

     1. Par la mise en place une ligne d’écoute et d’accompagnement psychologique

Depuis 2009, AREVA propose aux salariés « un dispositif d’écoute et d’accompagnement reposant sur une équipe pluridisciplinaire locale, assistée des compétences d’un psychologue consultant expert dans la prévention des risques psychosociaux ».

De la même manière Manpower offre un soutien psychologique aux salariés qui peuvent directement prendre contact avec le prestataire choisi via un numéro vert, et ce 24h sur 24 et 7j sur 7.

Présente dans 47% des accords QVT étudiés dans notre étude, la mise à disposition, pour tous les salariés, d’un soutien psychologique, souvent par téléphone, concerne donc de plus en plus d’entreprises.

 

     2. Par des interventions en cas de crise

La Maïf a mis en place un dispositif de gestion des événements traumatiques qui inclut la mise en contact « des salariés concernés avec un psychologue clinicien sur site et/ou à distance ».

Une cellule d’écoute est aussi envisagée chez Saint-Maclou dans les cas de violence, harcèlement et situations traumatiques.

Moins présentes que les lignes d’écoute dans les accords QVT étudiés, ces interventions d’urgence correspondent souvent à la mise en place d’une cellule de crise suite à des événements tels qu’un suicide, un braquage, une agression, un accident ou une catastrophe.

 

     3. Par la mise à disposition de solution de médiation

Autre solution proposée par les entreprises dans certaines situations : le recours à la médiation. Pôle Emploi a par exemple recourt à la médiation dans les cas de situations conflictuelles entre agents.

Présente dans 20% des accords QVT disposant de mesures RPS, cette médiation n’est pas une négociation, un arbitrage ou une conciliation. Comme le rappelle le dispositif mis en œuvre par Pôle Emploi, « le médiateur a un rôle de facilitateur et ne s’implique pas dans la proposition de résolution ».

 

     4. Par des protocoles d’accompagnement des équipes lors de changement

Lors des périodes de changement, Saint-Maclou propose « d’évaluer en continu les facteurs de stress des équipes liés au projet et d’engager des actions de prévention et/ou des actions correctrices tout au long du projet ». En complément, il souhaite aussi préparer les managers pour anticiper et gérer les situations à risques et soutenir les collaborateurs en difficulté.

On remarque que la prévention des risques psycho-sociaux et l’accompagnement des collaborateurs dans les phases de transformations sont de plus en plus pris en compte dans les accords QVT des entreprises. Un tiers d’entre elles incluent en effet des mesures en ce sens.

 

Les plans de prévention des RPS inclus dans les accords QVT étudiés s’inscrivent donc dans une triple démarche : Mesurer et piloter les risques, sensibiliser et former les collaborateurs, et enfin accompagner les individus et les collectifs dans les situations difficiles.

 

Pour déterminer quelles mesures mettre en place au sein de votre entreprise, prenez RDV avec notre consultant ici, et pour connaître le coût de votre projet RPS, inscrivez-vous ci-dessous.

 

VOUSEN~1

Pin It

» Blog » Quel plan de prévention des...
Le 20 novembre 2017

Comments are closed.

«

Demandez plus de renseignement